Week-end artif le 07 et 08 novembre.

(actualisé le )

Petit compte-rendu sur ce weekend d’artif :

A la suite de ce weekend rempli de péripéties je vais faire un petit compte rendus simple et concis de ces deux jours d’artif au Peney.
Après s’être tous donner rendez vous a proximité de la falaise (nous étions 6 jeunes et Romaric le guide), nous sommes montés au Peney, petite falaise au dessus de Chambéry réputée pour l’artif. Arrivés au parking, nous avons fait un gros point matos et distribué le matériel à chacun. Nous sommes ensuite partis en direction de la falaise. Après une petite demie heure de marche chargés de sacs bien lourd d’une soixantaine de pitons, de deux portaledges , de longes reglables , de marteaux et j’en oublie...

Nous arrivons au pied de ce magnifique rocher pourri très approprié à cette discipline.
Nous mettons en place un premier groupe constitué de Nico et Lucas qui part dans une grande voie à gauche du secteur et un deuxième groupe constitué de Kevin, Paul et moi-même qui part dans un secteur plus « initiation » .

Après une petite frayeur dans la première longueur de la grande voie, assuré par Kevin, je pars dedans pour finaliser le chantier. Pendant ce temps Nico, Lucas et Paul continuent de faire leurs armes dans le premier secteur.

Après cette première journée riche en émotions, un groupe monte portaledges et hamac, pendant que l’autre prépare à manger et fait un feux . Le soleil tombe , les émotions aussi, quelques rires et tout le monde file pendu dans son perchoir.

Après une bonne nuit de sommeil et un réveil plein soleil, chacun retourne dans ces chantiers respectifs. Nous remontons sur les cordes pour déséquiper les voies équipées la veille . Nico , Lucas et Kevin font les longueurs qu’ils n’ont pas fait la veille . En ce qui me concerne, assuré par Paul, je me lance dans la deuxième longueur de la grande voie ou je passerai quatre heures à « bricoler » ce que je peux pour arriver en haut de la deuxième longueur.

Il est bientôt 15h30 et après avoir tout plié tout trié nous commençons à redescendre en direction du parking , nous faisons un petit point sur ces deux jours et chacun repart de son coté.

récit de Hugo Maquair